J-2 Caraïbe – Atlantique, 2 faces, 2 ambiances

Le Tour de Martinique des Yoles Rondes offre une panorama exceptionnel de la Martinique vue de la mer. L’occasion pour beaucoup d’admirer ces différents lieux de vie fréquentés au quotidien sur terre mais aussi des lieux ou la vie est complètement absente. Les deux façades de l’île font parti des éléments qui se distinguent par le contraste marqué des éléments naturels mais aussi des coutumes locales. Des paysages qui valent le détour même pour les non initiés !

 

Une mer calme ou agitée

De Grand-Rivière à la table du Diable,  la côte Caraïbe affiche une mer relativement calme et des creux moyens très faible. La passe de fous à proximité du Rocher du Diamant est l’exception qui confirme la règle. Dans cette zone, redoutée aussi bien des régatiers que des plaisanciers, l’effet venturi crée par le Rocher du Diamant vient créer des courants très fort au large de la ville de Petit Anse. Un phénomène qui donneront droit encore cette année à des images spectaculaires lors de la première et seconde étape.

Table du diable, Vierge de Macabou, Pointe du Vauclin ou la Caravelle, tous ces passages marquent la violence de la rencontre entre l’océan Atlantique et cette façade de la Martinique. Une mer très agitée, des creux dépassant parfois les deux mètres accompagnés d’un vent à dominante est soutenu. De la troisième à la cinquième étape, les yoles devront affronter ces passages physiquement éprouvants.

 

Un vent d’Est régulier ou perturbé

Habituellement soutenu sur toute la façade Atlantique et dans les baies telles que le Robert, le François ou le Vauclin, le passage des canaux est le plus souvent marqué par une accélération du vent. A Grand-Rivière ou au niveau de l’îlet Cabri à Sainte-Anne, il faut s’attendre à des rafales de vent pouvant ajouter 3 à 4 noeuds sur le vent régulier. Un paramètre important quand l’on connait l’état de la mer dans ces lieux tactiques.

Côté Caraïbe, la navigation a cette particularité d’offrir aux régatiers des vents tournants mais aussi d’intensité différentes. Les conséquences d’un relief accidenté de la Martinique qui vient perturbé le vent d’Est reçu sur la façade Atlantique. Très redouté par toute la flotte, ces lieux sont étalés du Nord au Sud et sont marqués par un vent à dominante faible où des accélérations peuvent survenir subitement. Ainsi, dans ces lieux tels que le Prêcheur, la zone devant le Fort Saint-Louis, la baie des Anses d’Arles, la zone de Petite Anse, le littoral de l’Anse Figuier ou de l’Anse Caritan, on assiste le plus souvent à des dessalages.

 

Des paysages à couper le souffle

Un détour qui en vaut la peine, avec des paysages de nature exceptionnels couplés à la beauté du spectacle offert par cette régate en voile traditionnelle. Les différentes baies traversées sont par défaut des lieux qui offrent un panorama hors norme: Saint-Pierre, Fort-de-France, Diamant, Marin, Vauclin, Francois ou Robert. Viennent ensuite se rajouter des paysages sublimes tels que le Rocher du Diamant, la Table du Diable, le passage de l’Ecurie au Robert ou encore la longue descente vers Grand-Rivière avec en fond la Montagne Pelée.

 

Des lieux de vie exceptionnels

Des coutumes qui se répètent chaque année pour le plus grand bonheur des locaux ou touristes ayant fait le choix de profiter de ces cadres authentiques à cette période.

Souvent pris d’assaut dès l’arrivée des cinq premiers de l’étape ces lieux affichent carton plein à chaque arrivée d’étape à proximité. En Caraïbe, ces lieux sont des classiques qui ne se présentent plus : Plage du Carbet, Grande-Anse, Ô’Mulane, Plage du Club Med. Sur la côte Atlantique, à l’abri du vent et de la mer, ces petits coins de Paradis donnent des clichés « Carte Postale »: Trou Cochon au Vauclin, Ilets du Francois, Ilets du Robert, Plage de l’Autre bord à Trinité.

Des lieux à préserver de la pollution en adoptant des attitudes écologiques !

 

Credit Photo: Yole365

Partager cet article

X

Tapez votre recherche et validez par entrée