Les Allures

Par définition, en voile, une allure est définie en fonction de l’angle d’un bateau par rapport au vent. Il existe plusieurs types d’allures que l’on peut rassembler en 4 grandes catégories.

 

Prè-séré : allure consistant à remonter le plus près de l’axe du vent. L’embarcation devra tirer plusieurs bords pour atteindre sa cible. Le bas de la voile rentre littéralement dans la yole, la voile est plate.

Près Bon Plein : allure similaire au près serré sauf que l’angle entre la yole et l’axe du vent est plus grand. La yole avance plus vite et la voile est plus gonflée.

Demi-Ronde ou Largue : navigation en vent de travers, c’est l’allure la plus rapide. La voile est ouverte à 45° et gonflée.

Vent-Arrière: navigation avec le vent dans le dos. La voile est grande ouverte et perpendiculaire à la yole. Cette allure est très instable.

Tête en bas: navigation à la limite de l’empannage. La voile est perpendiculaire à la yole, mais à tendance à se plier en triangle le long de la vergue.

Tribo : être tribord amure, recevoir le vent de la droite en regardant l’avant de la yole.

Babo: être bâbord amure, recevoir le vent de la gauche en regardant l’avant de la yole.

Expressions associés aux allures :

Yol-la bout’au van : Yole dans l’axe du vent, la voile est dans le prolongement de la yole et faseille.
Lofé yol-la: du verbe lofer, action réalisée pour rapprocher la yole de l’axe du vent.
Abat yol-la : du verbe abattre, action réalisée pour écarter la yole de l’axe du vent.
Blanchi pagay’la / Doré pagay’la : positionner la pagaie à plat pour permettre le lof.
I ka lové’y : tirer des bords
Yol-la ka fè li van / Yol-la kay o van : capacité d’une yole à bien remonter au près
Yol-la mantché simel : yole qui dérive et présente donc une faible capacité à remonter au près
Bodé di no a sé ta’y: capacité d’une yole à mieux naviguer sur une bord allant vers le Nord
Sé Yol la ka pioné : plusieurs yoles tirent des bords répétés

Partager cet article

X

Tapez votre recherche et validez par entrée