Pourquoi certaines yoles ont cette couleur grisâtre ?

Chaque année, plusieurs associations font le choix de construire une yole neuve. Une nécessité qui permet à l’équipage de rester compétitif au fil du temps, mais aussi de prétendre à de meilleurs performances. Régie par une jauge bien précise, seuls quelques charpentiers bien connus dans le milieu se partagent ses constructions.

Une réalisation purement artistique

Véritable puzzle de bois, la fabrication des yoles est maintenant une affaire maitrisée et facilitée par les nombreux outils qui existent sur le marché. Une évolution qui permet de gagner un temps considérable tout en réduisant les couts de réalisation. A savoir que pour la construction « bois » de la yole, il faut compter un à deux mois, en incluant les contrôles obligatoires. Une fois la partie « bois » finalisée, la finition avec de la fibre de verre ou fibre carbone est une affaire réservée aux plus aguerris. A ce niveau, chaque association opte pour des finitions qui leur sont propres.

 

En 2017, quatre nouvelles embarcations ont été construites et intègreront la flotte

Quatre yoles parmi les 16 qui participeront au 33ème Tour, autant dire que 25% de la flotte sort tout droit des écuries. Ces yoles sont facilement identifiables à leur sortie, elles présentent toutes une même caractéristique: une couleur grisâtre significative de la couche d’apprêt qui a été appliquée sur la yole. Après les premiers tests réalisés lors des entrainements, les associations viennent ensuite confronter leur nouveau prodige aux yoles existantes en compétition; une façon d’étalonner son produit avant de l’envoyer en finition peinture.

Les quatre associations concernées sont:

Un chiffre qui peut être partiellement gonflé quand l’on sait que les associations opèrent des stratégies très fines. En effet, les yoles utilisées pour le Tour ne sont souvent pas celles utilisées pour les autres compétitions de la saison. Une précaution pour ne pas solliciter les matériaux et éviter d’exposer la yole à trop de risques: manipulation, transports, navigation, collision, … De véritables bijoux qui sont dévoilés au public la veille du Prologue, jour où toutes les yoles sont exposées sur la plage de Fort-de-France.

 

Les contrôles & les caractéristiques

Afin de respecter la jauge fixée par la Fédération des Yoles Rondes de la Martinique, toute yole doit passer une série de tests avant d’être acceptée en compétition. Au préalable, l’association doit déposer une demande auprès de la FYRM précisant le lieu et le nom du constructeur. Une fois cette demande validée, la construction peut commencer.

C’est la commission technique qui est en charge de faire passer ces tests. En tout, ce sont minimum trois visites qui sont effectués à différents stades de la construction:

  1. Après la pose de la quille, de l’étrave et de l’étambot
  2. Après la pose des bordés et planches
  3. Après peinture

Il faut savoir que d’autres visites peuvent être réalisées en cours de construction, sur demande ou de façon aléatoire. Lors de la troisième visite, un carottage peut être effectué sur la coque afin de vérifier la nature des matériaux utilisés ou l’épaisseur de ceux-ci.

Quelques caractéristiques techniques:

  • Longueur: 10,50 mètres
  • Epaisseur des bordés/planches : minimum 15 mm après rabotage et ponçage
  • Bois utilisés: Bois massif
  • Utilisation Fibre Verre / Carbone: Uniquement à l’extérieur et pour la finition (maximum 1mm)

Credit Photo: Yole365

Partager cet article

X

Tapez votre recherche et validez par entrée