Elections FYRM: une remise en question avant l’heure

A quelques heures de l’élection du nouveau Président et Conseil d’Administration (CA) de la Fédération des Yoles Rondes de Martinique (FYRM), un premier bilan peut déja être tiré, fort des évènements qui animent depuis peu la communauté.

Les conséquences d’un model électif complexe

Pour rappel, l’élection des membres du conseil d’administration se fait par candidature individuelle. Ainsi, pour prétendre à un poste, certains critères doivent être remplis:

  • avoir atteint l’âge de la majorité légale,
  • être à jour de leur cotisation,
  • être adhérents depuis au moins deux ans à une association affiliée à la FYRM.

Ainsi, lors de l’assemblée générale, les représentants d’associations devront choisir les 11 candidats qui constitueront le nouveau CA par vote à bulletin secret.

Cette année, le nombre initial de candidats en course est de 12 (soit moins de 2% de la communauté). Un chiffre peu différent des élections précédentes qui vient pointer du doigt les limites d’un modèle électif visiblement non adapté à la machine « FYRM ».

La faible participation est-elle liée au model électif actuel ? Une réflexion qui devra être menée afin d’améliorer la diversité des candidats et ainsi garantir une équipe bien calibrée pour les tâches à accomplir. En effet, avec le système actuel et la faible participation, la nouvelle équipe devra composer avec les forces et faiblesses en présence, sans avoir eu la possibilité de créer.

Un autre model, plus commun, pourrait être une des solutions à étudier: des listes électorales. Avec une élection par liste, des équipes volontaires se seraient constituées avec des membres minutieusement choisis. Un avantage notable qui pourrait favoriser la cohésion au sein de l’équipe; des programmes auraient aussi pu être présentés par chaque équipe. Tout en gardant les critères de sélection actuels des candidats éligibles, chaque liste se verrait infliger des critères de composition. Exemple: Une liste doit impérativement être constituée de membres de 5 associations distinctes.

 

Une filière visiblement peu structurée en interne

Cette première passation de pouvoir, désormais historique, affiche pourtant un visage froissé.

Des finances floues, peu de documentation sur la filière ou sur l’activité, des schémas organisationnels peu connus, un financement remis en cause chaque année, des études réalisées mais non diffusées … L’image du fonctionnement interne de la Fédération n’affiche pas un soleil brillant. Avec autant d’éléments discutables, il est difficile pour un candidat non averti de se projeter au coeur d’une structure pourtant attractive en apparence. Un manque de transparence qui peut aussi expliquer la faible affluence aux élections.

La question de la formation elle aussi vient sur la table.
Sur le plan sportif, on assiste depuis plusieurs années à une montée en puissance des jeunes, signe d’une transition réussie sur le plan sportif. Deux écoles de voile ont même vues le jour, signe que la formation sportive a débutée !
Il n’en est pas de même sur le plan organisationnel. A juste titre, les manifestations de la FYRM gagnerait certainement à revoir la structuration et la formation des différents pôles et commissions. Aussi bien au sol qu’en mer, une meilleure conception des manifestations viendrait potentiellement faciliter leur gestion et susciter un intérêt autre par les membres des associations.

La nouvelle équipe en place devra tenter au mieux de palier à ce manque qui génère déja des conséquences visibles.

Restez informé en temps réel

Téléchargez l’application Yole365 pour suivre toute l’actualité des Yoles –> https://yole365.app.link/

Crédit Photo : Yole365

Partager cet article

X

Tapez votre recherche et validez par entrée