La Perle et le Diamant, les grands invités de ces étapes

Attention, il y aura de la régate cette année ! C’est la conclusion générale de cette modification massive du parcours. Avec maintenant une mise à disposition des parcours détaillés, vous aurez une vision plus précise des difficultés et dangers cachées dans ce tracé Caraïbe.

 

La Perle au Nord, le Diamant au Sud

Les rochers emblématiques de la Martinique seront mis en avant. En effet, ils seront à contourner respectivement lors des étapes n°2 et n°4. Autant le « tour du Rocher » est devenu une coutume dans la grande boucle, c’est une première pour le tour des yoles, le tour de la Perle.

La flotte, en sortant du Carbet, va devoir contourner l’ilet La Perle avant de se rendre vers la ligne d’arrivée au Prêcheur. Dans cette zone peu visitée par les yoles, il faudra jongler avec une mer formée au large, des accélérations de vent et un vent tournant à la côte.

 

Les zones à risques de la côte Caraibe

Le Carbet – Bellefontaine

Lors de l’étape n°2 et l’étape n°3, les yoles vont passer par la commune du Carbet. Avec Bellefontaine, ces zones sont réputées pour l’absence de vent. Les yoleurs devront user de tous les moyens à disposition pour aller toucher la prochaine zone ventée. Au delà de l’aspect physique, c’est aussi une gestion des bascules de vent, aussi minimes soit-elles, les nerfs sont aussi mis à rude épreuve.

Trois-Ilets – Anses Arlets

Il faut espérer que Eole ne se défoule pas lors de l’étape n°4. En sortant de la bouée de Port Cohé, la longue descente jusqu’au Cap Salomon présente un nombre de passages difficiles. En effet, les yoles évoluant entre le grand largue et le vent arrière, le vent relief souffle par rafales, pouvant doubler voir tripler d’intensité subitement. Les yoleurs devront composer avec des zones très calmes et des sursauts de vents.

Passe des Fous

Peu après Petite-Anse, les conséquences de l’effet venturi entre la côte et le Rocher sont notables aussi bien sur les conditions de mer que les conditions de vent. Les yoles, en découvrant la pointe du Diamant, retrouvent un vent plus régulier mais aussi une mer formée et un courant parfois fort. Jusqu’au Rocher, il faudra retenir son souffle pour négocier au mieux ce passage.

Sainte-Luce / Rivière-Pilote

Avec une bouée à virer devant Sainte-Luce lors de l’étape n°5, les yoles devront se rapprocher de la terre au cours du louvoyage entre le Rocher du Diamant et le Marin. L’orientation du vent dans cette zone de l’île est susceptible de créer de nouvelles difficultés. La vigilance sera de nouveau requise jusqu’a l’arrivée au Marin. La pointe Borgnesse étant la dernière difficulté à passer.

Retrouvez tous les parcours et informations pratiques dans la rubrique PARCOURS.

Fort-de-France, la baie de tous les dangers

Le parcours des deux dernières étapes affiche un chassé-croisé dans la baie de Fort-de-France. Même s’il est vrai que le spectacle sera d’une rare beauté durant ces deux jours pour le public posté tout autour de la baie, pour les yoleurs, l’approche est différente.

Ils devront naviguer sur toutes les allures possibles et réaliser les manoeuvres techniques redoutées comme l’empannage. En effet, après déja six étapes dans les jambes, les parcours à réaliser seront à la fois tactiques mais surtout physiques.

 

Restez informé en temps réel

Téléchargez l’application Yole365 pour suivre le Tour des Yoles –> https://yole365.app.link/

Crédit Photo : Yole365, Kreativ-Evasion, DiveAndFly 

 

Partager cet article

X

Tapez votre recherche et validez par entrée